Lagazette

"Le but de l'argumentation ne doit pas être la victoire, mais le progrès"

Joseph Joubert (1754-1824)

Recherche

Jean-Marie Tetart, Membre honoraire du Parlement français: «La communauté internationale doit reprendre sa bienveillance vis à vis de l’Azerbaïdjan comme de l’Arménie et les aider à rétablir les nécessaires dialogues»

13 Octobre 2021 13:31 (UTC+01:00)
Jean-Marie Tetart, Membre honoraire du Parlement français: «La communauté internationale doit reprendre sa bienveillance vis à vis de l’Azerbaïdjan comme de l’Arménie et les aider à rétablir les nécessaires dialogues»
Jean-Marie Tetart, Membre honoraire du Parlement français: «La communauté internationale doit reprendre sa bienveillance vis à vis de l’Azerbaïdjan comme de l’Arménie et les aider à rétablir les nécessaires dialogues»

Paris / Lagazetteaz

Jean-Marie Tetart
Membre honoraire du Parlement français

Maire de la ville d’Houdan

Le récent conflit du Haut-Karabagh s’estompe déjà dans le souvenir de la communauté internationale, chassé par d’autres conflits ou une actualité plus lourde encore.

Par contre, les participants militaires ou civils des deux parties portent encore et pour longtemps dans leur âme et leur chair les stigmates indélébiles de ce conflit. Ils ne sont que les victimes d’une impuissance internationale à faire appliquer des résolutions des Nations Unies qui reconnaissaient la souveraineté de l’Azerbaidjan sur ces terres du Karabagh.

Beaucoup de partis pris non fondés ont pourtant alors été exprimés à l’égard de l’Azerbaidjan.

Cette guerre n’était ni une guerre de religion, ni une guerre ethnique comme on a voulu le faire croire, et l’Azerbaidjan n’est pas cette terre islamique intolérante et conquérante pour laquelle on voudrait la faire passer. Elle n’a fait que régler seule une situation qui aurait pu être évitée si la communauté internationale avait simplement honoré ses engagements.

Cette communauté internationale doit reprendre sa bienveillance vis à vis de l’Azerbaïdjan comme de l’Arménie et les aider à rétablir les nécessaires dialogues.

Il est encore trot tôt pour le pardon mais il est déjà temps de parler réconciliation.Dans des situations analogues au cours des dernières décennies, en Europe et ailleurs, les villes ont joué un très grand rôle pour renouer les liens entre les populations lorsque les États hésitaient encore à se parler.

J’appelle de mes vœux ces échanges entre villes arméniennes et villes azerbaïdjanaises. J’appelle aussi de mes voeux la relance des relations entre collectivités de France et d’Azerbaïdjan que certaines prises de positions un peu hâtives de notre Parlement et autres instances ont contrarié.

Loading...