Lagazette

"Le but de l'argumentation ne doit pas être la victoire, mais le progrès"

Joseph Joubert (1754-1824)

Recherche

CAMPAGNE PRÉSIDENTIELLE : PÉCRESSE VISÉE PAR UNE ENQUÊTE

29 Septembre 2022 14:53 (UTC+01:00)
CAMPAGNE PRÉSIDENTIELLE : PÉCRESSE VISÉE PAR UNE ENQUÊTE
CAMPAGNE PRÉSIDENTIELLE : PÉCRESSE VISÉE PAR UNE ENQUÊTE

Paris / La Gazette

La candidate déchue à l’élection présidentielle est accusée de détournement de fonds publics. Une enquête a été ouverte après un signalement de Julien Bayou.

Le financement de la campagne de Valérie Pécresse a-t-il profité de fonds publics ? C'est en tout cas ce que pense le député Julien Bayou, lequel, le 19 avril dernier, a adressé un signalement au parquet de Paris pour détournement de fonds publics, financement illégal de parti politique, abus de biens sociaux, prises illégales d'intérêts et infractions de financement illégal de campagne électorale. Le parquet de Paris a finalement annoncé avoir ouvert, lundi 26 septembre, une enquête préliminaire pour détournement de fonds publics dans le cadre de la campagne présidentielle de la candidate Valérie Pécresse. Les investigations ont été confiées à la brigade de répression de la délinquance économique (BRDE), a précisé le parquet.

« Mme Pécresse a chargé mon cabinet de préparer une plainte en dénonciation calomnieuse », a indiqué à l'AFP l'avocat Thibault de Montbrial. « Ce n'est malheureusement pas la première fois que les écologistes utilisent ce genre de méthode dans le cadre de leur combat contre la majorité en Île-de-France », a-t-il déploré. Quelques heures plus tôt, l'entourage de Valérie Pécresse a assuré que « toutes les règles (avaient) été scrupuleusement respectées ». « Nous sommes sereins et faisons confiance à la justice », ont-ils déclaré.

Un signalement qui s'appuie sur les déclarations de Babette de Rozières

Dans ce signalement, Julien Bayou s'appuie notamment sur la démission de la conseillère régionale Babette de Rozières de l'équipe de campagne et de toutes les commissions en raison de « désaccords qu'elle a manifestés à l'égard de la campagne présidentielle de Valérie Pécresse, par ailleurs présidente de la région Île-de-France ». Dans cette lettre de démission, datée du 8 mars, Babette de Rozières « explique agir dans l'intérêt de Valérie Pécresse, mais le mélange des genres entre la présidente de région et la candidate à la présidentielle semble complet ». Elle avance également « le manque d'intérêt allégué de la candidate pour l'outre-mer ainsi que le niveau de la campagne », selon ce signalement.

Julien Bayou mentionne également une interview de Babette de Rozières accordée à Outre-Mer News dans laquelle elle dénonce « des arrangements à la région Île-de-France » avec l'élu régional Patrick Karam, accusé de « pratiques clientélistes », des accusations qui mériteraient, selon lui, d'être « précisées ou infirmées ».

Enfin, il est aussi question dans ce signalement de « la contribution sur son temps de travail d'une agente, la directrice de cabinet de la présidente de région, à l'élaboration du programme de la campagne présidentielle de la droite ».

Relevant des « règlements de comptes (qui) sont à analyser sur fond de campagne présidentielle et de désignation aux législatives », Julien Bayou, ancien secrétaire national d'EELV, qui a démissionné de son poste lundi en raison d'accusations de harcèlement moral sur une ancienne compagne, estime néanmoins que les « accusations sont extrêmement graves ».

La candidate LR Valérie Pécresse a consacré 14,3 millions d'euros pour un seul tour de scrutin, mais sans atteindre la barre des 5 % de voix qui lui aurait permis d'obtenir le remboursement de ses frais de campagne. Après sa défaite, elle avait d'ailleurs lancé un appel aux dons pour combler un trou de 5 millions d'euros.

Source AFP

Loading...