Lagazette

"Le but de l'argumentation ne doit pas être la victoire, mais le progrès"

Joseph Joubert (1754-1824)

GUERRE EN UKRAINE : VOLODYMYR ZELZNSKY DIT QU'IL N'EST OUVERT QU'À DE "VÉRITABLES" NÉGOCIATIONS AVEC MOSCOU

10 Novembre 2022 13:54 (UTC+01:00)
GUERRE EN UKRAINE : VOLODYMYR ZELZNSKY DIT QU'IL N'EST OUVERT QU'À DE "VÉRITABLES" NÉGOCIATIONS AVEC MOSCOU
GUERRE EN UKRAINE : VOLODYMYR ZELZNSKY DIT QU'IL N'EST OUVERT QU'À DE "VÉRITABLES" NÉGOCIATIONS AVEC MOSCOU

Paris / La Gazette

Le président ukrainien Volodymyr Zelenskyy a déclaré qu'il n'était ouvert qu'à de « véritables » négociations avec Moscou qui rétabliraient les frontières de l'Ukraine, lui accorderaient des compensations pour les attaques russes et puniraient les crimes de guerre.

Ces remarques, faites lors d'une allocution prononcée dans la nuit, sont intervenues quelques jours après la publication d'un rapport du Washington Post selon lequel Washington souhaitait que Kiev signale sa volonté de négocier, craignant qu'en apparaissant trop intransigeant, Kiev ne nuise à son soutien international.

S'exprimant avant de s'adresser aux dirigeants mondiaux lors d'un sommet mondial sur le climat mardi, M. Zelenskyy a fait re;marqué : « Quiconque prend au sérieux l'agenda climatique devrait également prendre au sérieux la nécessité de mettre immédiatement un terme à l'agression russe, de restaurer notre intégrité territoriale et de contraindre la Russie à de véritables négociations de paix. »

L'Ukraine a proposé à plusieurs reprises de tels pourparlers, mais « nous avons toujours reçu des réponses russes insensées avec de nouvelles attaques terroristes, des bombardements ou du chantage », a-t-il souligné.

« Encore une fois - restauration de l'intégrité territoriale, respect de la Charte des Nations unies, compensation de tous les dommages causés par la guerre, punition de chaque criminel de guerre et garanties que cela ne se reproduira pas. Ce sont des conditions tout à fait compréhensibles », a martelé le dirigeant urainien.

Depuis que la Russie a annoncé l'annexion du territoire ukrainien à la fin du mois de septembre, M. Zelenskyy a décrété que Kiev ne négocierait jamais avec Moscou tant que Vladimir Poutine resterait président de la Russie.

Les responsables de Kiev ont réitéré cette position ces derniers jours tout en affirmant que Kiev serait prêt à négocier avec le futur successeur de M. Poutine.

« Négocier avec M. Poutine signifierait renoncer, et nous ne lui ferons jamais ce cadeau », a déclaré Mykhailo Podolyak, conseiller de M. Zelenskyy, dans une interview au journal italien La Repubblica publiée mardi.

La Russie exige que l'Ukraine cède des territoires comme condition préalable aux pourparlers, ce qui les rend impossibles pour le moment, a noté M. Podolyak : « La société n'acceptera jamais cela. L'armée russe quittera le territoire ukrainien, et alors le dialogue viendra. »

Lundi, le porte-parole du Kremlin, Dmitri Peskov, a répété la position de Moscou, à savoir qu'il est ouvert aux pourparlers mais que Kiev les refuse. Moscou a déclaré à plusieurs reprises qu'il ne négocierait pas sur le territoire qu'elle prétend avoir annexé à l'Ukraine.

Offensive

Les forces ukrainiennes sont passées à l'offensive au cours des derniers mois, tandis que la Russie se regroupe pour défendre les zones de l'Ukraine qu'elle occupe toujours et a appelé des centaines de milliers de réservistes.

La Russie a évacué des civils des zones occupées, notamment de la région de Kherson, dans le sud de l'Ukraine, dans le cadre d'une opération qui, selon Kiev, comprend des déportations forcées, un crime de guerre. Moscou affirme qu'il met les gens en sécurité.

La prochaine grande bataille devrait porter sur une petite poche de terre contrôlée par les Russes sur la rive ouest de la rivière Dnipro, qui comprend la ville de Kherson, la seule capitale régionale que la Russie a envahi depuis son invasion en février.

Lundi, une source a confirmé les informations selon lesquelles le conseiller à la sécurité nationale de la Maison Blanche, Jake Sullivan, s'est entretenu avec des responsables russes pour éviter une escalade du conflit. Ces entretiens ont été rapportés pour la première fois par le Wall Street Journal. Le Kremlin a refusé de les commenter.

La Maison-Blanche n'a pas nié l'existence de ces discussions, mais elle a déclaré qu'elle ne prendrait aucune mesure diplomatique concernant l'Ukraine sans la participation de Kiev.

« Nous nous réservons le droit de parler directement à des niveaux élevés des questions qui préoccupent les États-Unis. C'est ce qui s'est passé au cours des derniers mois. Nos conversations n'ont porté que sur ... la réduction des risques et les relations entre les États-Unis et la Russie », a précisé aux journalistes Karine Jean-Pierre, porte-parole de la Maison Blanche.

Loading...
L'info de A à Z Voir Plus