Lagazette

"Le but de l'argumentation ne doit pas être la victoire, mais le progrès"

Joseph Joubert (1754-1824)

Recherche

L'AZERBAÏDJAN TRAVAILLE À LA RENAISSANCE DE SHUSHA AU KARABAKH

7 Juin 2022 14:38 (UTC+01:00)
L'AZERBAÏDJAN TRAVAILLE À LA RENAISSANCE DE SHUSHA AU KARABAKH
L'AZERBAÏDJAN TRAVAILLE À LA RENAISSANCE DE SHUSHA AU KARABAKH

Paris / La Gazette

La région de Choucha était autrefois appelée la « Suisse de l'Azerbaïdjan » en raison de ses collines boisées et de la douceur de son climat.

Il y a un an et demi, les forces azerbaïdjanaises ont reconquis la ville aux Arméniens qui s'en étaient emparés en 1992 pour former l'enclave sécessionniste du Haut-Karabakh soutenue par les Arméniens, chassant les 15 000 Azerbaïdjanais qui y vivaient.

Mais Choucha qu'ils ont reconquise, qui était à l'époque soviétique une station touristique, n'était plus que l'ombre d'elle-même. Les quelque 4 000 Arméniens de souche qui s'y étaient installés ont fui, laissant derrière eux une ville vide portant encore la plupart des cicatrices de 1992.

Lentement, cependant, des ouvriers azerbaïdjanais de la construction redonnent vie aux rues.

Le bâtiment du conseil local, le siège de la police et le bureau de poste principal ont été restaurés, et des échafaudages entourent la mosquée de Govkhar Agha et la cathédrale orthodoxe arménienne de Ghazanchi.

La construction de trois hôtels a permis aux autorités azerbaïdjanaises de choisir Choucha pour accueillir la conférence annuelle de la semaine de l'énergie de Bakou, et d'annoncer que la société émiratie Masdar construirait pour l'Azerbaïdjan des centrales solaires et éoliennes qui produiront ensemble 4 gigawatts d'électricité.

Trois supermarchés sont ouverts et, à partir de ce mois-ci, cinq bus par semaine relient Choucha à la capitale de l'Azerbaïdjan, Bakou, amenant des touristes locaux ainsi que des travailleurs.

« Quand je suis arrivé à Choucha, tout était détruit », a déclaré à Reuters Elkhan Guliyev, qui travaille pour la compagnie d'électricité Azerishiq. « Beaucoup de choses ont été faites au cours de ces huit mois. L'électricité et l'eau ont été installées, tout a été restauré. Beaucoup de touristes et d'étudiants viennent ici maintenant. »

Jahid Alekperov est parti quand il n'avait que 25 ans. Aujourd'hui âgé de 56 ans, il est revenu en tant qu'ouvrier du bâtiment, mais il attend avec impatience le jour où les anciens résidents seront autorisés à retourner dans leurs propriétés.

Il est allé inspecter les ruines de l'ancienne maison de sa famille.

« Il n'en reste que les murs », dit-il en tripotant le papier peint jaune qui se décolle.

« Je travaille pour une entreprise qui s'occupe de la restauration de la ville. Mais Choucha est magnifique dans cet état, aussi ».

Rédaction : Kevin Liffey - Nailia Bagirova
Édition : Janet Lawrence/Reuters

Loading...