Lagazette

"Le but de l'argumentation ne doit pas être la victoire, mais le progrès"

Joseph Joubert (1754-1824)

Recherche

FACE AUX NOUVELLES PROGRESSIONS DE LA COVID-19, L’EUROPE PRÉPARE SA RIPOSTE

Société 8 Décembre 2021 20:53 (UTC+04:00) 162
FACE AUX NOUVELLES PROGRESSIONS DE LA COVID-19, L’EUROPE PRÉPARE SA RIPOSTE
FACE AUX NOUVELLES PROGRESSIONS DE LA COVID-19, L’EUROPE PRÉPARE SA RIPOSTE

Mardi 7 décembre dernier, les ministres de la santé se sont réunis en Conseil afin de discuter de la réponse européenne aux nouvelles progressions de l’épidémie liée à la Covid-19. En attendant des actions appelées à se globaliser, les traditionnelles mesures de restrictions sont de retour. Ainsi, afin de faire face à l'augmentation du nombre de cas et l'incertitude vis-à-vis de la dangerosité du nouveau variant Omicron dont une centaine de cas ont été détectés en Europe, plusieurs mesures ont été enregistrées.

La Slovaquie a décrété un confinement partiel, la Belgique, de son côté à décider de généraliser le télétravail et d’avancer les vacances scolaires. L’Allemagne (plus de 75 000 nouvelles infections en 24 heures le 25 novembre, selon les chiffres de l’Institut Robert Koch) a limité le confinement aux personnes non-vaccinées, l’Italie a rendu le passe-sanitaire obligatoire pour les transports en commun dès 12 ans. En Grèce, la vaccination est désormais obligatoire pour les + de 60 ans, et au Portugal, le confinement partiel sera mis en place du 2 au 9 janvier. Pour se rendre en Irlande, les passagers, quel que soit leur statut vaccinal, devront présenter un test PCR négatif. La France impose la même restriction pour les voyageurs non-européens. Au Danemark, premier pays de l’Union européenne à avoir lever l’essentiel de ses restrictions le 10 septembre dernier, il a rétabli son “coronapas” le 12 novembre en réponse à la hausse des nouvelles infections.

De façon plus globale, en Union Européenne, l’obligation d’une dose de rappel du vaccin contre le Covid-19 se généralise de plus en plus, y compris pour les publics qui ne sont pas considérés comme à risque. Cette mesure est désormais mise en place au Danemark et en France, et prévue pour bientôt en Allemagne et en Italie.

De son côté, l’OMS continue de dénoncer le manque de solidarité des pays occidentaux qui administrent une troisième dose à leurs populations alors que beaucoup de pays à travers le monde, n’ont pas encore commencé à vacciner leurs citoyens.

Quant à l'efficacité réelle du vaccin sur le long terme, la déclaration du président du Conseil scientifique français, Jean-François Delfraissy, qui vient de déclarer ne pas savoir combien de temps pourrait durer l'efficacité de la dose de rappel et laisse la porte ouverte à une campagne pour une 4ème dose, laisse planer un doute, et amène à se poser des questions sur pertinence de la gestion mondiale de la pandémie.

Loading...
L'info de A à Z Voir Plus