Lagazette

"Le but de l'argumentation ne doit pas être la victoire, mais le progrès"

Joseph Joubert (1754-1824)

Recherche

LE CINÉASTE FRANÇAIS MAXIME MARDOUKHAEV EN VISITE À BAKOU

Société 14 Janvier 2022 12:39 (UTC+04:00) 491
LE CINÉASTE FRANÇAIS MAXIME MARDOUKHAEV EN VISITE À BAKOU
LE CINÉASTE FRANÇAIS MAXIME MARDOUKHAEV EN VISITE À BAKOU

Paris / La Gazette

Interview par Vugar Imanov

Le célèbre réalisateur de documentaires français Maxime Mardoukhaev, âgé de 62 ans, était en visite à Bakou, la capitale de l'Azerbaïdjan. Son père, Iosif Mardoukhaev, 87 ans, est originaire de Bakou, il est un Juif des montagnes, et il vit à Moscou depuis de nombreuses années. Sa mère, Olga Alekseyeva-Stanislavskaya, 89 ans, est née à Paris et a vécu à Moscou avant de revenir en France en 1973. Maxime Mardoukhaev, du côté maternel, est l'arrière-arrière-petit-fils du grand écrivain russe Léon Tolstoï, l'arrière-petit-fils du remarquable directeur de théâtre Constantin Stanislavski et de l'actrice Maria Lilina.

Le réalisateur français était l'invité de notre rédaction et nous a fait point sur ses impressions.

« Je suis très heureux d'être venu à Bakou, qui m'a beaucoup manqué. J'ai visité le cimetière où dorment mes grands-parents et je leur ai rendu hommage. Je suis heureux qu'après de nombreuses années d'occupation, l'Azerbaïdjan ait libéré ses terres, et qu'enfin, la justice ait été rétablie. L'Azerbaïdjan a récupéré ses terres, où pourra désormais régner une vie paisible ».

Maxime Mardoukhaev est le fondateur de la Stanislavsky Production Company et d'Orient Express Films. Il est l'auteur (réalisateur, scénariste, producteur) d'une soixantaine de documentaires et d'une trentaine de courts-métrages de fiction, tournés en Azerbaïdjan, en Russie, en Afrique, à Cuba et dans d'autres pays, et s'est souvent rendu dans des zones de conflit. Il a été le premier réalisateur étranger à tourner les images du début de l'occupation arménienne du Karabakh.

« À la fin des années 80, des choses terribles ont commencé à se produire en Azerbaïdjan – des gangs et des séparatistes arméniens se sont déchaînés au Karabakh, ce qui a dégénéré en agression ouverte. À l'époque, il n'y avait pas de journalistes étrangers au Karabakh, et les chaînes de télévision françaises ne montraient qu'une seule image – des plans généraux des montagnes avec des bruits de tirs – et fournissaient des informations inexactes. Bien que je sois né à Moscou et que j'aie déménagé à Paris à l'âge de 13 ans, avec ma mère et mon jeune frère, j'ai toujours considéré l'Azerbaïdjan comme ma terre natale. Avant même de m'installer en France, je passais tous les étés dans le pays natal de mon père, à Bakou, dans la maison de ma grand-mère adorée. J'ai vu de mes propres yeux à quel point les Azerbaïdjanais étaient hospitaliers et gentils, comment ils vivaient tous en paix et en harmonie, célébraient les fêtes ensemble et s'entraidaient dans les moments difficiles, et il n'y avait aucune différence de nationalité ou de religion. J'ai décidé d'aller en Azerbaïdjan pour leur dire la vérité sur ces événements. J'ai été le premier journaliste étranger à filmer le début de l'agression arménienne. En 1988-1989, lorsque j'ai été à Choucha, Khankendi et dans d'autres endroits du Karabakh, j'ai vu de mes propres yeux et filmé les événements tragiques de la vie du peuple azerbaïdjanais. J'ai engrangé 12 heures de film et j'ai décidé de retourner à Paris. À l'époque, il n'était possible de retourner en France que via Moscou », décrit-il.

C'était l'époque soviétique et, pour éviter que les images ne soient confisquées, Maxime Mardoukhaev a caché toutes les cassettes dans la manche de sa veste. Il fut cependant arrêté lors de la dernière inspection. Et là, une histoire intéressante s'est produite.

« Je portais un blouson d'hiver, et les petites cassettes en plastique n'étaient pas visibles dans ses manches, et le détecteur de métaux du cadre ne les a pas détectées. Cependant, je ne sais pas pourquoi, j'ai été retenu et les agents de sécurité de l'aéroport m'ont soumis à une fouille corporelle. Dans la pièce où j'ai été emmené, il y avait un homme qui avait été arrêté avec de grandes boîtes en fer contenant des films ( pellicules photographiques ) – il était en route pour un festival en France. Il avait déjà été fouillé et était sur le point de partir et de monter dans l'avion. Alors que j'entrais dans la pièce et commençais à retirer soigneusement ma veste pour la pendre, une simple cassette est soudainement tombée de ma manche. Le personnel de sécurité l'a remarquée, et j'ai dû mettre toutes les cassettes sur la table. Ils ont commencé à me demander quel genre de matériel j'avais décidé de faire sortir clandestinement d'URSS [Ndlr: l'ex-Union Soviétique )! J'ai répondu que j'étais citoyen français et journaliste, et qu'ils n'avaient pas le droit de mener une enquête sans un représentant de l'ambassade. Et lorsque le personnel de sécurité a quitté la pièce pour prendre une décision sur ma question, j'ai rencontré l'homme dans la pièce – il s'est avéré être arménien. Je lui ai demandé de cacher mes cassettes dans ces boîtes en fer, en lui disant que ce matériel crucial était le bienvenu à Paris et en lui donnant l'adresse où les cassettes devaient être livrées. Naturellement, je ne lui ai pas dit que le film avait été tourné au Karabakh, et je me suis présenté à lui comme un journaliste français. L'homme a accepté, et les bandes ont été rapidement transférées dans les boîtes en fer. Il a quitté la pièce, et s'est dirigé vers l'atterrissage. L'avion a décollé pour Paris. Imaginez la surprise du personnel de sécurité lorsqu'il a constaté à son retour que les cassettes avaient disparu ! Ils ont dû me laisser partir, et j'ai pris le prochain vol pour Paris.»

À Paris, Maxime Mardoukhaev a montré ses images à une célèbre chaîne de télévision publique française : « Toute l'équipe de direction de la chaîne de télévision, jusqu'au directeur général inclus, s'est réunie. Les premières images réelles de la guerre du Karabakh ! Ils ont regardé le matériel et je pouvais voir à leur réaction qu'ils étaient clairement mécontents. Ils sont partis pour une réunion et sont revenus dix minutes plus tard pour dire que je n'avais couvert qu'un côté de l'histoire, disant que c'était de la propagande azerbaïdjanaise, et ont refusé de le montrer à l'antenne. 'Quelle propagande ? Je suis un journaliste français ! J'ai filmé les événements qui se sont déroulés de manière professionnelle et honnête !' – J'ai dit. Il s'est avéré qu'il y avait deux Arméniens dans le département des informations de la chaîne, et ils ont rejeté l'histoire. J'ai alors décidé de m'adresser à une chaîne de télévision privée moins connue, qui, à ma grande surprise, a immédiatement accepté de me racheter toutes les cassettes. De plus, ils ont immédiatement proposé de signer un bon contrat avec un paiement minute par minute pour 12 heures de matériel. J'étais heureux que la vérité sur les événements du Karabakh devienne publique en France et dans toute l'Europe. J'ai contacté la société de télévision tous les jours et on m'a promis qu'ils allaient certainement m'appeler en tant que réalisateur. Imaginez ma surprise lorsqu'après un certain temps, on m'a dit que mon film sensationnel était prêt et allait être diffusé. 'Prêt à quel point ? Je n'ai pas même participé à l'édition. Comment avez-vous pu l'éditer sans moi' Ai-je demandé ?

Finalement, ils n'ont diffusé que trois minutes de ce reportage de 12 heures, avec uniquement des arrière-plans neutres, mais ont immédiatement diffusé à la suite un reportage d'une heure préparé par la partie arménienne ! J'étais fou de rage – c'était une fraude méprisable ! !! J'étais jeune alors et je ne pouvais pas penser qu'une telle chose était possible ! Il s'est avéré qu'ils avaient décidé d'acheter le matériel pour le détruire, afin que la vérité sur les événements du Karabakh ne soit pas connue du monde entier. J'étais furieux – tous mes efforts pour risquer ma vie afin de dire au monde la vérité sur les événements du Karabakh, les atrocités commises par les agresseurs arméniens et les souffrances du peuple azerbaïdjanais étaient en fait perdus. Mais je ne pouvais rien faire, car le matériel avait déjà été confié à une société de télévision française, dont j'ai appris qu'elle employait également des Arméniens. Je n'ai pas trouvé ma place pendant un long moment, alors j'ai décidé de retourner en Azerbaïdjan et de tourner un nouveau matériel. Mais avant cela, j'ai publié les photos et le matériel dans le numéro de septembre du magazine français Actuel ».

Plus tard, Maxime Mardoukhaev s'est rendu plusieurs fois en Azerbaïdjan et a réalisé des films sur ce pays. Il s'agit notamment de "Krasnaya Sloboda" - sur la communauté juive d'Azerbaïdjan, “The Baku Operahouse, Replica of La Scala" - sur l'art azerbaïdjanais, "20 Janvier" - sur la lutte du peuple azerbaïdjanais pour son indépendance, ainsi que des films sur les réfugiés azerbaïdjanais victimes de l'agression arménienne – "Au bout des voies" et "Karabakh, ne me quitte pas".

« Ainsi aujourd'hui, je souhaite clore la trilogie en réalisant mon troisième documentaire "Le Retour", qui sera une suite de "Au bout des voies", mais un soutien sérieux est nécessaire. Le premier "Au bout des voies" que je réalise en 2001 raconte l'histoire d'un village de près d'un millier d'habitants, qui, fuyant la guerre du Haut Karabakh en Azerbaïdjan quitte ses terres natales et tel un essaim sans ruche, se pose dans un immense dépôt de la société ferroviaire à ciel ouvert : de vieux wagons rouillés et oubliés au bout des voies ferrées à Imishli [Ndlr: Imishli est un district azerbaïdjanais situé au centre du pays]. Quelque 20 000 hommes, femmes, enfants et personnes âgées y ont trouvé refuge. Je me donne pour mission de capter des instants de vie : le quotidien d'immigrés vivant au milieu d'un "no man's land". Petit-à petit la vie s'organise. Un wagon fait office d'administration, un autre d'hôpital, et cinq autres encore sont découpés et rattachés l'un à l'autre et deviennent une école pour les enfants de six à seize ans. Durant huit semaines et pour rester proche d'eux, j'élis domicile dans un des wagons et je tourne mon film. La ligne rouge du film est constituée par les images des enfants de ces familles. J'ai mangé avec eux, j'ai joué avec eux, je me suis réjoui et j'ai eu du chagrin, déterminé non seulement à les capturer par la caméra, mais aussi à devenir l'un d'entre eux. Ils étaient tellement habitués à me voir dans le coin qu'ils pensaient que je resterais avec eux pour toujours. Et notre séparation a été très touchante, les enfants m'ont serré dans leurs bras, en pleurant et en me disant : 'Oncle Maxime, ne t'en va pas'. Et je n'ai pas pu retenir mes larmes. Plus important encore, vivant dans un total dénuement, sans eau potable, sans nourriture et vêtements, abasourdis par la douleur d'avoir tout perdu, seul chez eux un espoir survit : celui qu'un jour cessera ce cauchemar et que viendra le moment où ils pourront retourner dans leur village, chez eux, là-bas dans les montagnes du Haut Karabakh », dit-il.

« En 2016, quinze ans plus tard , je me rends à nouveau en Azerbaïdjan pour y tourner la suite, le "que sont -ils devenus", ces enfants désormais adultes.

Intitulé "Karabakh, ne me quitte pas" est le second volet, où l'on retrouve les quatre personnages principaux du film précédent.

Et comment ils m'ont accueilli, se rappelant les jours passés et partageant leurs succès ! Ces films ont montré que, quelle que soit la façon dont les gens s'installent après de nombreuses années, ils veulent toujours retourner dans leurs terres natales. Le troisième film, "Le Retour" , sera le point culminant de la trilogie, montrant comment les héros des films sont rentrés dans leur pays, ont reconstruit leurs maisons détruites, ont profité de la réalisation de leurs rêves, ont travaillé au développement de la société et ont souhaité un ciel paisible pour leurs enfants et petits-enfants. Je veux montrer le Karabakh lumineux et renaissant ! Et ce qui me choque le plus, c'est que la jeune génération n'a pas vu le Karabakh, mais avec quel amour et quel héroïsme ils ont combattu pour la libération de leur Patrie. Et lorsque ce projet se concrétisera, je veux présenter le film en France et ailleurs en Europe dans le cadre d'une trilogie unique », espère le réalisateur français.

À cause de ces films et d'autres documents sur l'Azerbaïdjan en France, Maksim Mardukhaev a été censuré sous la pression du lobby arménien vivant dans ce pays, et a fait l'objet de de menaces.

« Mais je ne pourrai jamais être intimidé au nom de la justice et de la vérité ! Je tiens à souligner que je n'ai jamais été contre le peuple arménien, mais seulement contre ceux qui ont semé les graines de la discorde et de la méchanceté pendant toutes ces années, qui ont créé la colère et l'agressivité qui ont conduit à la souffrance humaine. Pourquoi ? Parce que nous pouvons tous vivre ensemble comme des voisins pacifiques et bons, en nous aidant mutuellement et non en nous disputant. La vie est courte, et seules les bonnes actions sont de vraies valeurs ! Avant la [seconde] guerre du Karabakh, de nombreuses personnes en France ne savaient pas où se trouvait l'Azerbaïdjan. Naturellement, une vision négative de l'Azerbaïdjan s'était formée à travers des informations qui ne correspondaient pas à la vérité, diffusées par les médias, les chaînes de télévision et, naturellement, grâce aux efforts d'une importante diaspora arménienne. Et ce malgré le fait que l'Azerbaïdjan faisait beaucoup de travail en France dans les domaines culturel, éducatif et humanitaire. Personne en France ne connaissait le génocide de Khojdaly, l'occupation des terres azerbaïdjanaises, et ceux qui étaient sympathisants de l'Azerbaïdjan et connaissaient la vérité ont préféré se taire. Cependant, les activités menées ces dernières années, notamment celles de l'Association Dialogue France-Azerbaïdjan, dont je suis le secrétaire, les structures étatiques azerbaïdjanaises, et sans doute la deuxième guerre du Karabakh de 44 jours et les événements qui ont suivi, ont conduit à un changement de la conscience publique. J’aime profondément l’Azerbaïdjan et son peuple. Je ne suis pas nationaliste, mais juste patriote ! », conclut-t-il.

Loading...
L'info de A à Z Voir Plus