Lagazette

"Le but de l'argumentation ne doit pas être la victoire, mais le progrès"

Joseph Joubert (1754-1824)

Recherche

3EME DOSE OBLIGATOIRE POUR LES PLUS DE 65 ANS DES LE 15 DECEMBRE

10 Novembre 2021 12:57 (UTC+01:00)
3EME DOSE OBLIGATOIRE POUR LES PLUS DE 65 ANS DES LE 15 DECEMBRE
3EME DOSE OBLIGATOIRE POUR LES PLUS DE 65 ANS DES LE 15 DECEMBRE

Paris / La Gazette
Emmanuel Macron a annoncé mardi que les personnes âgées de plus de 65 ans devraient, à compter du 15 décembre, avoir effectué un rappel du vaccin contre le COVID-19 pour valider le pass sanitaire.

S'exprimant lors d'une allocution télévisée, le chef de l'Etat a annoncé que la campagne de rappel vaccinal, qui concerne pour le moment les plus de 65 ans et les personnes fragiles, serait étendue en décembre aux plus de 50 ans.

« Une campagne de rappel sera lancée à partir du début de mois de décembre pour nos compatriotes âgées de 50 à 65 ans », a déclaré Emmanuel Macron.

Dans un premier temps, seuls les plus de 65 ans devront en revanche justifier d'un rappel pour continuer à bénéficier du pass sanitaire requis pour accéder à de nombreux lieux publics ou au restaurant.

« À partir du 15 décembre, il faudra justifier de l'injection d'une dose de rappel pour valider le pass sanitaire pour les plus de 65 ans », a dit le chef de l'Etat.

Pour justifier cette accélération de la campagne de rappel, Emmanuel Macron a souligné que « nous n'en avons pas terminé avec la pandémie ». L'augmentation de 40%, en une semaine, du taux d'incidence et l'augmentation des hospitalisations liées à l'épidémie de coronavirus sont des « signaux d'alerte », a-t-il insisté.

Le président de la République a aussi lancé un appel aux quelque six millions de Français âgés de plus de 12 ans qui n'ont pas encore été du tout vaccinés.

« Etre libre dans une nation comme la France implique d'être responsable et solidaire (...) Vaccinez-vous pour pouvoir vivre normalement », les a-t-il conjurés.

PASS SANITAIRE PROLONGÉ

La dernière intervention télévisée d'Emmanuel Macron remontait au 12 juillet, au début de la "quatrième vague" de COVID-19. Il avait à l'époque annoncé la mise en place du pass sanitaire, provoquant une forte accélération de la campagne de vaccination qui commençait à s'enliser.

La possibilité de recourir au pass sanitaire a depuis été prolongée jusqu'au 31 juillet 2022 lors du vote de la loi dite de vigilance sanitaire le 5 novembre par l'Assemblée nationale.

Ce texte qui permet à l'exécutif de prendre des mesures en cas de reprise de l'épidémie de COVID-19 a été validé mardi par le Conseil constitutionnel, qui n'a censuré qu'un article autorisant les directeurs d'établissements scolaires à avoir accès au statut vaccinal des élèves.

Selon les dernières données disponibles https://covidtracker.fr/vaccintracker, 74.9% des Français sont entièrement vaccinés (soit 87% des Français âgés de plus de 12 ans éligibles à la vaccination) et 3,3 millions de personnes âgées de plus de 65 ans ou appartenant à une catégorie à risque ont reçu une dose de rappel.

L'Agence européenne du médicament (AEM) a donné son feu vert le 4 octobre à l'administration d'une dose de rappel du vaccin à ARN messager Comirnaty de Pfizer et BioNTech, tout en laissant aux Etats de l'Union européenne le soin de décider s'il convient de lancer une campagne de rappel ou d'élargir le bénéfice de cette « troisième dose » à d'autres catégories de la population que celles dont le système immunitaire est affaibli.

L'AEM a aussi validé ultérieurement le vaccin Spikevax de Moderna pour la dose de rappel, mais plusieurs pays européens limitent désormais son utilisation aux personnes âgées de plus de 30 ans en raison d'un risque rare d'inflammation du coeur (myocardite et péricardite) chez cette population. En France, la Haute Autorité de santé (HAS) a fait lundi une recommandation similaire.

(Avec La Tribune)

Loading...