Lagazette

"Le but de l'argumentation ne doit pas être la victoire, mais le progrès"

Joseph Joubert (1754-1824)

Recherche

KARIM KARIMOV : LE COMMANDANT DES CONQUÉRANTS DE L'ESPACE

23 Février 2022 17:57 (UTC+01:00)
KARIM KARIMOV : LE COMMANDANT DES CONQUÉRANTS DE L'ESPACE
KARIM KARIMOV : LE COMMANDANT DES CONQUÉRANTS DE L'ESPACE

Karim Karimov, est un ingénieur en astronautique d’origine azerbaïdjanaise qui a dirigé la les programmes spatiaux de l'URSS pendant 25 ans. Il fut surnommé « le commandant des conquérants de l'espace ».

Le 14 novembre 2002, le lieutenant-général Karim Karimov célèbre son 85ème anniversaire dans son appartement à Moscou avec des amis proches et des membres de sa famille. Soudain, quelqu’un frappe à la porte : c’est le président russe Vladimir Poutine, il entre et salue chaleureusement tout le monde. Avec la permission de Karimov, il lève les sourcils, énumère ses services inégalés à l'Union soviétique et à la Russie et conclut son toast avec les mots suivants : "Vous êtes le commandant des conquérants de l'espace !"

Bien que de nombreuses personnes se soient opposées à la nomination d'un Azerbaïdjanais musulman non russe au poste du Politburo du gouvernement et des généraux, l'élite scientifique et militaire a insisté sur son nom. Car Karimov, à la fois ingénieur et scientifique, était le plus légitime à occuper ce poste. Il était membre de la Commission d'État sur les vaisseaux spatiaux, chef du département des armes hypersoniques du ministère de la Défense de l'URSS et du département des engins spatiaux de l'URSS. Plus de la moitié des 130 usines militaires de l'URSS ont été construites sous sa responsabilité directe. Il a été membre de la Commission présidée par plus de 10 ministres de l'URSS. Avant de prendre sa retraite, Karimov a travaillé pendant 25 ans (1966-1991) en tant que président de la Commission d'État de l'URSS sur les navires pilotes. C’est pourquoi, il commémore la Journée mondiale de l'aviation et de l'astronautique.

Pendant 50 ans jusqu’à la période de « perestroïka » et « glasnost », le KGB soviétique gardera son nom, son lieu de résidence et son identité secrets. Pendant de nombreuses années, sa famille ignorait où il se trouvait, et pendant longtemps, il n'a pas été autorisé à déménager de Bakou à Moscou. Ce n'est qu'en 1987, après que les journaux Pravda et Sovetskaya Rossiya ont publié les premières informations à son sujet que ces secrets furent dévoilés au grand public.

Lorsque la télévision soviétique diffusait le vol spatial des astronautes depuis le site d'essai de Baïkonour au Kazakhstan, on pouvait entendre le dialogue suivant :
- « Président de la Comrade State Commission, l'équipage du Soyouz est prêt à voler ! »
- « Au nom de l'Union soviétique, je vous souhaite un programme de vol réussi et un retour en toute sécurité dans votre patrie ! ». Cette voix sans visage, c'était celle du Président Karim Karimov, dont on dira plus tard qu'il fut eun grand Azerbaïdjanais qui a fait de l'URSS un État spatial".

Dans ses mémoires, il écrivit que lorsqu'il était à la tête du département des engins spatiaux, les dirigeants de l'URSS souhaitaient envoyer au plus vite le concepteur en chef « Sergei Korolyov » et Karim Karimov en orbite terrestre, car les services de renseignement de l'URSS avaient appris que les États-Unis avaient l'intention d'envoyer un vaisseau spatial habité en orbite terrestre. L'URSS voulait dépasser les États-Unis dans la lutte pour la conquête de l'espace et la montrer au monde comme la victoire du socialisme sur le capitalisme. Les ingénieurs réussirent tout de même à convaincre, avec beaucoup de difficulté, les apparatchiks du parti que même si les préparatifs battaient leur plein, il leur fallait encore du temps pour les mener à bien et que a hâte pouvait entraîner un échec tragique.

Le premier test en orbite autour de la Terre fut donc effectué le 3 novembre 1957 avec une chienne nommé Laika.

Le 12 avril 1961 fut le jour où le premier vaisseau spatial habité au monde, le cosmonaute russe Youri Gagarine à son bord, fut lancé en orbite terrestre. Karimov écrivit : "J'accompagnai Youri Gagarine au vaisseau. En montant à bord du vaisseau, Gagarine avait un sourire crispé, essayant de rester serein et discret. J'étais le dernier qu'il a vit avant de s'envoler vers le ciel. Tout ira bien, lui dis-je ». Heureusement, tout se passa parfaitemement bien, et après 108 minutes d'orbite autour de la Terre, Gagarine atterrit en toute sécurité. Ce vol historique du premier cosmonaute soviétique fut fêté avec faste en URSS. Cette joie ne pouvait être comparée qu'à la victoire de l'URSS sur l'Allemagne pendant la Seconde Guerre mondiale - le 9 mai. Le monde parlait de cet événement. Il n'était pas difficile de comprendre le sentiment des Américains : Cette fois, l'URSS était en avance sur les États-Unis. Ceux-ci n'envoyèrent le premier astronaute, John Glenn, dans l'espace que le 20 février 1962.

Karimov fut aussi l'architecte du succès du premier amarrage spatial entièrement automatisé, de Cosmos 186 et Cosmos 188 en 1967, et aux premières stations spatiales, la série Salyut et Mir de 1971 à 1991

Le livre "Road to Space" écrit par Karimov, après sa retraite, est l'une des sources les plus riches et les plus complètes sur l'histoire de l'astronautique soviétique. Karim Karimov, qui a démissionné de son poste en 1991, fut ensuite consultant au Flight Control Center. Il ne coupera coupé les ponts avec l'industrie spatiale qu'à la fin de sa vie.

Karimov meurt à Moscou en 2003 et y est enterré. Il a reçu les plus hautes commandes de l'ex-URSS et un documentaire nommé "Rise" a été réalisé sur lui.

Loading...
L'info de A à Z Voir Plus