Lagazette

"Le but de l'argumentation ne doit pas être la victoire, mais le progrès"

Joseph Joubert (1754-1824)

Recherche

L'AVENIR DE L'ITALIE VA SE JOUER AU SEIN DE LA VIEILLE GARDE

International 28 Décembre 2021 16:45 (UTC+04:00) 244
L'AVENIR DE L'ITALIE VA SE JOUER AU SEIN DE LA VIEILLE GARDE
L'AVENIR DE L'ITALIE VA SE JOUER AU SEIN DE LA VIEILLE GARDE

Un récent article de The Economist a désigné l'Italie comme le projet européen le plus réussi de 2021. Un succès à mettre au crédit du gouvernement de Mario Draghi qui a apporté à l'Italie la stabilité et les investissements dont elle avait si clairement besoin.

Après des années tumultueuses de gouvernance sous les coalitions de Giuseppe Conte et la politique autodestructrice de Matteo Renzi, l'Italie semble avoir enfin trouvé un leader, un technicien susceptible de rassembler autour de lui tous les milieux politiques du pays. Certes, les partis de droite et d'extrême droite qui ont pris du poids à partir de décembre 2021, ne soutiennent pas le gouvernement de Mario Draghi, mais tout cela est sur le point de changer. L'Italie est à, l’aube de changements décisifs. Janvier 2022 sera peut-être un moment clé dans le rôle que l'Italie jouera sur la scène internationale et dans son propre développement.

Si le Mario Draghi a joué un rôle déterminant dans la position de l’Italie sur le continent européen, ses ambitions ne se limitent pas à son statut de Premier ministre. Comme on le sait en coulisse depuis un certain temps, Draghi lorgne la présidence.

Les élections présidentielles italiennes ne se font pas au suffrage universel, comme le rapporte un récent article du Guardian :

"Il n'y a pas de candidats officiels aux élections présidentielles italiennes. Au lieu de cela, les législateurs votent à bulletin secret pour le mandat de sept ans. Ils peuvent voter pour n'importe qui, à condition qu'il soit citoyen italien et âgé de 50 ans ou plus. Parmi les noms qui sont apparus lors des élections précédentes, on trouve le footballeur Francesco Totti, l'actrice Sophia Loren et même la star du porno Rocco Siffredi. Le vote peut s'étendre sur plusieurs tours avant qu'un gagnant n'émerge. »

M. Draghi est régulièrement présenté comme le favori pour succéder à Sergio Mattarella, qui quittera ses fonctions de chef d'État le 3 février. La semaine dernière, l'homme de 74 ans a laissé entendre qu'il pourrait se préparer à ce rôle. Lors de sa conférence de presse de fin d'année, il a répondu aux questions sur son avenir en déclarant : "Mon destin personnel n'a aucune importance. Je n'ai pas d'ambitions particulières. Je suis, si vous voulez, un grand-père au service des institutions."

La seule personne qui brigue explicitement ce rôle est, selon les médias italiens, l'ancien Premier ministre, leader de Forza Italia, au passé entaché de scandales, Silvio Berlusconi.

Mais pourquoi l'actuel premier ministre italien souhaite-t-il devenir président, alors que le pays est en plein et a retrouvé confiance et stabilité, ce que l'Italie n'a pas connu depuis longtemps ?

La réponse est simple. Pour Mario Draghi, le rôle de président offre un plus grand champ de manœuvre, il lui donne le droit de décider de former de nouveaux gouvernements en cas de nouvelles crises et d'instabilité politique. Cette nouvelle fonction cimentera le rôle que Mario Draghi veut s'attribuer. Le sauveur de la croissance italienne, le gardien des résultats obtenus par le pays sous sa direction.

Alors que les compétences diplomatiques ne sont pas particulièrement le point fort de Draghi (sa prise de bec avec Erdogan, quelques semaines seulement après son entrée dans le rôle de chef du gouvernement était assez étrange), son incroyable attention aux détails et sa vision de l'avenir du pays en font un candidat légitime.

Alors que le poste de premier ministre lui offre considérablement plus de pouvoir pour la gouvernance de l'Italie et sa politique étrangère, le nouveau rôle de président lui accordera moins d'ouverture sur le monde extérieur. En revanche, lui fournira des outils pour contenir tous les nouveaux problèmes qui ne manqueront pas de surgir lorsqu'il quittera son poste actuel. Plus important encore, il appartiendra à Mario Draghi de discipliner et de corriger la ligne politique que pourrait prendre le nouveau premier ministre. Cela dit, Draghi ne sera pas investi d’un pouvoir absolu et de domination totale sur tous les processus politiques. Il s'agira d'un rôle de gestionnaire de crise. Ce qui est très probablement quelque chose dont le pays aura besoin, si l'on se réfère à l'histoire politique de l'Italie.

Et les problèmes viendront. C'est inévitable, car la coalition d'extrême droite, dirigée par Silvio Berlusconi, pourrait être un facteur de tensions et de problèmes pour les Italiens et Draghi. Est-il prêt ? Seul l'avenir nous le dira.

Loading...
L'info de A à Z Voir Plus