Lagazette

"Le but de l'argumentation ne doit pas être la victoire, mais le progrès"

Joseph Joubert (1754-1824)

Recherche

L'UE ENVISAGE D'INTERDIRE LES IMPORTATIONS DE PÉTROLE RUSSE DANS LE CONTEXTE DE L'INVASION DE L'UKRAINE

7 Mai 2022 16:43 (UTC+01:00)
L'UE ENVISAGE D'INTERDIRE LES IMPORTATIONS DE PÉTROLE RUSSE DANS LE CONTEXTE DE L'INVASION DE L'UKRAINE
L'UE ENVISAGE D'INTERDIRE LES IMPORTATIONS DE PÉTROLE RUSSE DANS LE CONTEXTE DE L'INVASION DE L'UKRAINE

Paris / La Gazette

La présidente de la Commission européenne, Ursula von der Leyen, a proposé aux 27 États membres de l'Union européenne d'interdire totalement les importations de pétrole en provenance de Russie. Il s'agit du sixième train de sanctions, le plus sévère, contre Moscou en raison de son invasion de l'Ukraine.

S'adressant au Parlement européen à Strasbourg mercredi, Mme Leyen a appelé les nations membres de l'UE à éliminer progressivement les importations de pétrole brut dans les six mois et de produits raffinés d'ici la fin de l'année.

« Soyons clairs : ce ne sera pas facile », a déclaré Mme Leyen dans son discours aux États membres de l'UE lors de la séance plénière du Parlement européen. « Certains États membres sont fortement dépendants du pétrole russe. Mais nous devons simplement y travailler ».

« Il s'agira d'une interdiction complète d'importation de tout le pétrole russe, par voie maritime ou par oléoduc, brut ou raffiné. Nous veillerons à éliminer progressivement le pétrole russe de manière ordonnée, d'une manière qui nous permette, ainsi qu'à nos partenaires, de sécuriser d'autres voies d'approvisionnement et de minimiser l'impact sur les marchés mondiaux », a-t-elle ajouté.

L'Union européenne a déjà accepté d'éliminer progressivement les importations de charbon russe dans le cadre de la cinquième vague de sanctions imposées à la Russie le mois dernier en raison de ce que Moscou appelle une « opération militaire spéciale » en Ukraine.

Pourtant, la proposition d'imposer un embargo sur le pétrole, qui doit être approuvée à l'unanimité pour prendre effet, pourrait se heurter à une résistance farouche et même risquer de semer la division entre les nations de l'UE. L'Espagne, le Portugal et la France importent des quantités relativement faibles de pétrole de Russie, tandis que la Hongrie, la Slovaquie, la Finlande et la Bulgarie importent habituellement plus de 75 % de leur pétrole de Russie et pourraient avoir du mal à le remplacer par des sources alternatives.

La Hongrie s'est déjà vu offrir une année supplémentaire pour abandonner le pétrole russe, mais a rejeté la proposition, la jugeant inacceptable. Les gouvernements tchèque et slovaque cherchent à obtenir une période de transition plus longue - environ deux ou trois ans - avant de pouvoir appliquer une interdiction du pétrole russe.

Outre l'embargo pétrolier, Mme Leyen a également proposé de sanctionner davantage de banques russes. La Commission européenne s'apprêterait à exclure la Sberbank, la plus grande banque russe, et deux autres grandes banques d'un système de paiement international utilisé par des milliers d'institutions financières et connu sous le nom de SWIFT.

« Nous frappons ainsi les banques qui sont essentielles au système financier russe et à la capacité de destruction de Poutine », a déclaré Mme Leyen.

Dans le cadre du sixième train de sanctions, les 27 membres prévoient également d'interdire à trois grands radiodiffuseurs publics russes d'émettre sur leurs ondes en raison de la diffusion de désinformation sur la guerre en Ukraine.

« Ils ne seront plus autorisés à distribuer leurs contenus dans l'UE, sous quelque forme que ce soit, que ce soit sur le câble, par satellite, sur internet ou via des applications pour smartphones », a déclaré la présidente de la Commission européenne, décrivant ces chaînes de télévision comme des « porte-voix qui amplifient les mensonges et la propagande de Poutine de manière agressive. »

Depuis le début de l'invasion de l'Ukraine par la Russie le 24 février, les pays européens se concentrent sur la manière de se sevrer du pétrole et du gaz russes. Des responsables américains et britanniques ont déjà déclaré que leurs pays allaient cesser d'acheter du pétrole russe. D'autres dirigeants européens ont mis l'accent sur la limitation de leurs importations au cours des prochaines années par le biais de la conservation, de la recherche de sources alternatives et du passage à l'énergie éolienne et solaire aussi rapidement que possible.

Composée de 27 pays pour une population totale de 447 millions d'habitants, l'Union européenne est considérée comme l'un des marchés les plus importants et les plus prolifiques pour les exportateurs d'énergie, compte tenu de son manque de ressources intérieures.

La Russie représente 25 % des importations de pétrole de l'UE, dont la majeure partie est destinée à l'essence et au diesel pour les véhicules. Selon S&P Global Commodities Insights, la Russie fournit plus de 60 % des importations de diesel de l'Europe, ce qui représente environ 14 % de la demande européenne.

Loading...
L'info de A à Z Voir Plus