Lagazette

"Le but de l'argumentation ne doit pas être la victoire, mais le progrès"

Joseph Joubert (1754-1824)

Recherche

SUCCESSION À L’ÉLYSÉE : E. MACRON PENSE À L’AVENIR… DE RENAISSANCE

20 Septembre 2022 16:51 (UTC+01:00)
SUCCESSION À L’ÉLYSÉE : E. MACRON PENSE À L’AVENIR… DE RENAISSANCE
SUCCESSION À L’ÉLYSÉE : E. MACRON PENSE À L’AVENIR… DE RENAISSANCE

Paris / La Gazette

Au cours d’un dîner à huit clos avec les principaux membres de la majorité, Emmanuel Macron a évoqué le sujet de sa succession, appelant les différents dissidents au parti Renaissance à s’unir derrière le navire amiral.

Comme spécifié par l'article 6 de la Constitution française : « nul ne peut exercer plus de deux mandats consécutifs ». Une question qu’Emmanuel Macron ne connait que trop bien. En conséquence de quoi, le président de la République ne pourra pas briguer un troisième mandat et devra donc laisser la place en 2027.

Ainsi, à l'issue de ses dix années au pouvoir, l'actuel chef d’État ne pourra pas se présenter à la prochaine élection présidentielle et devra céder les clés de l’Élysée au nouvel élu. Pour le chef des Marcheurs, l'objectif est d'ores et déjà de trouver l'homme ou la femme qui assurera la continuité du parti de la majorité.

Ainsi, en présence d’une vingtaine de cadres et de poids lourds du gouvernement, le locataire de l’Élysée a pris les devants en mettant, sur la table d’un dîner politique à huis clos, le sujet de sa succession. Pour Emmanuel Macron, l’objectif est tout trouvé : faire barrage aux extrêmes et éviter que les marcheurs ne soient qu’une parenthèse dans la vie politique française.

Devant Bruno Le Maire, Gérald Darmanin, Clément Beaune ou encore Élisabeth Borne, Emmanuel Macron a fait état de sa volonté d’unir les différents courants de marcheurs au sein d’un parti unique, Renaissance.

Or, bien qu’absent, le nom d’Édouard Philippe a été prononcé lors de ce dîner, considéré qu’il est comme un successeur probable à Emmanuel Macron. Une absence remarquée mais surtout déplorée par le Chef de l’État : « Il aurait pu être autour de cette table s'il avait accepté de structurer la majorité comme je lui avais proposé. Je ne désespère pas qu'il nous rejoigne. ».

En attendant de mieux connaître les ambitions d’Édouard Philippe, Emmanuel Macron choie ses fidèles. « Il y a des ambitions autour de cette table, et c'est normal. Elles s'exprimeront le moment venu. J'y prendrai toute ma part, j'en serai le garant », a-t-il assuré durant cette réception intime.

Loading...
L'info de A à Z Voir Plus