Lagazette

"Le but de l'argumentation ne doit pas être la victoire, mais le progrès"

Joseph Joubert (1754-1824)

Recherche

PS, EELV ET PCF REFUSENT LA PROPOSITION DE MELENCHON D'UN GROUPE NUPES UNIQUE À L'ASSEMBLÉEE

21 Juin 2022 09:29 (UTC+01:00)
PS, EELV ET PCF REFUSENT LA PROPOSITION DE MELENCHON D'UN GROUPE NUPES UNIQUE À L'ASSEMBLÉEE
PS, EELV ET PCF REFUSENT LA PROPOSITION DE MELENCHON D'UN GROUPE NUPES UNIQUE À L'ASSEMBLÉEE

Paris / La Gazette

Le Parti socialiste, EELV et le PCF ont déclaré lundi à l'AFP refuser la proposition de Jean-Luc Mélenchon de former un groupe Nupes unique à l'Assemblée nationale, rappelant que l'accord de coalition signé début mai prévoyait des groupes distincts.

« Il n'a jamais été question d'un groupe unique. Il y aura un groupe socialiste à l'Assemblée nationale », a déclaré Pierre Jouvet, porte-parole du PS, qui a négocié l'accord avec LFI. « Le contrat de coalition était très clair, il prévoyait que chaque parti ait son groupe et qu'ensuite il y ait un intergroupe », a-t-il rappelé.

« Pas question de se fondre dans un groupe unique », a pour sa part réagi le porte-parole d'EELV Alain Coulombel.

« On a un contrat avec la Nupes et je pense que c'est pareil pour PCF et PS: il était convenu que chacun ait son propre groupe. Cette proposition est inappropriée par rapport à l'engagement mutuel. On est mis devant le fait accompli », a-t-il dénoncé.

« Avoir un groupe propre est un des éléments de l'accord, nous avons toujours été clairs à ce sujet », a précisé à l'AFP Igor Zamichiei, numéro 2 du PCF, parti d'accord en revanche avec le principe d'un intergroupe.

Jean-Luc Mélenchon a proposé lundi que la Nouvelle union populaire écologique et sociale se constitue « comme un seul groupe » à l'Assemblée nationale, inquiet que l'obtention de 89 députés par le RN remette en cause son « statut » de première opposition à Emmanuel Macron.

« Dès lors qu'il y a un seul groupe, sans aucune discussion possible, l'opposition s'appellerait Nupes », a-t-il expliqué devant le siège de La France insoumise à Paris, affirmant qu'il s'agissait d'une « proposition, pas d'une injonction : "Naturellement, je m'en remettrai à ce que décideront les groupes ».

Valérie Rabault, cheffe de file des socialistes à l'Assemblée nationale lors de la précédente législature, s'est également opposée à la proposition, tout comme à la proposition d'Eric Coquerel (LFI) d'une motion de censure début juillet contre le gouvernement d'Elisabeth Borne.

D'après l'élue du Tarn-et-Garonne interrogée par l'AFP, la « seule solution » pour les macronistes privés de majorité absolue est de « négocier texte par texte, ce qui est très bien ».

Sur la présidence de la commission des Finances, qui revient de droit à l'opposition et pour laquelle le chef du PS Olivier Faure reconnaît à LFI une « primauté », Mme Rabault, qui a été rapporteure générale du budget dans le passé, ne « s'interdit rien » quant à une éventuelle candidature à cette fonction.

Mardi après-midi doivent se réunir les députés socialistes, au nombre de 34 à 35 selon elle. « Je souhaite réunir les élus dans l'accord Nupes et les élus hors accord Nupes. La réunion vise à voir si un centre de gravité est possible », en fonction de quoi elle pourrait se représenter pour le diriger, a-t-elle précisé.

Un vote interne est prévu jeudi.

(Source AFP)

Loading...
L'info de A à Z Voir Plus