Lagazette

"Le but de l'argumentation ne doit pas être la victoire, mais le progrès"

Joseph Joubert (1754-1824)

Recherche

LA COOPÉRATION SPATIALE FRANCE-AZERBAÏDJAN AUJOURD'HUI

27 Janvier 2022 06:44 (UTC+01:00)
LA COOPÉRATION SPATIALE FRANCE-AZERBAÏDJAN AUJOURD'HUI
LA COOPÉRATION SPATIALE FRANCE-AZERBAÏDJAN AUJOURD'HUI

Paris / La Gazette

"Je suis plus que jamais convaincu de l'importance de la coopération entre la France, l'UE et l'Azerbaïdjan en matière spatiale", a tweeté l'ambassadeur de France en Azerbaïdjan, Zacharie Gross.

« Après une excellente réunion aujourd'hui avec le président d'Azercosmos [Agence spatiale azerbaïdjanaise], Samaddin Asadov, je suis convaincu de l'importance de la coopération entre la France, l'UE et l'Azerbaïdjan en matière spatiale pour l'agriculture, la gestion de l'eau, la science, la télémédecine, l'enseignement supérieur et les applications technologiques », lit-on dans la publication du diplomate français.

La coopération spatiale France-Azerbaïdjan : une dynamique ascendante

Premier opérateur de satellites en Azerbaïdjan et au Caucase, « Azercosmos », depuis ses deux ans d’existence, a œuvré afin de présenter des services de diffusion téléradio et de télécommunications, et d’assurer des plateformes de communication fiables répondant aux exigences du gouvernement et des clients.

Le 7 septembre 2018, un lanceur lourd Ariane 5 a réalisé depuis la base française de Kourou la mise en orbite du second satellite géostationnaire azerbaïdjanais de télécommunications, Azerspace 2. Initialement prévu pour coïncider avec les célébrations du centenaire de la fondation de la première République d’Azerbaïdjan en mai 2018, le lancement d’Azerspace 2 avait finalement dû être reporté en raison du retrait d’un opérateur tiers, dont le satellite devait être placé sur orbite par le même lanceur. Le lancement d’Azerspace 2 intervient quelques mois après la signature à Paris en marge de la visite du président Ilham Aliyev d’un accord de coopération inédit entre le Centre national d’études spatiales (CNES) et l’agence spatiale azerbaïdjanaise Azercosmos, en charge de la gestion de la flotte nationale de satellites. Cet accord prévoyant notamment la mise en place de programmes de formation, permettra d’approfondir une coopération bilatérale déjà dense et dont les origines remontent au lancement du premier satellite azerbaïdjanais, Azerspace 1.

Souhaitant s’affirmer comme une puissance spatiale régionale, l’Azerbaïdjan a jeté en 2008 les bases d’un programme spatial fixant pour objectif principal le lancement d’un premier satellite de télécommunications. En 2010, le gouvernement azerbaïdjanais parvient dans ce cadre à un accord avec MEASAT, principal opérateur satellite de Malaisie, prévoyant la location d’une position orbitale et l’exploitation en commun d’un satellite de télécommunications. Dans un second temps, afin de mener à bien le projet de lancement du premier satellite national, un décret présidentiel entérine en mai 2010 la création d’une agence spatiale nationale : Azercosmos. Le groupe américain OSC (Orbital Science Corporation) remporte par la suite l’appel d’offre pour la fabrication du satellite, tandis qu’Arianespace est désignée pour en assurer le lancement. C’est chose faite le 7 février 2013, avec la mise en orbite réussie depuis la base française de Kourou d’Azerspace 1, l’engin assurant depuis lors une couverture de l’Europe, du Moyen-Orient, de l’Afrique, de l’Asie centrale et du Caucase.

La flotte nationale s’est par la suite étoffée avec l’acquisition négociée en décembre 2014 auprès d’Airbus Defense and Space du satellite d’observation de la terre de moyenne résolution SPOT 7 (et depuis rebaptisé Azersky). La mise en œuvre de ce contrat a par ailleurs donné lieu à d’importants transferts d’expertise, Airbus DS assurant notamment la formation du personnel du nouveau centre de contrôle satellite d’Azercosmos, situé à proximité de Bakou et officiellement inauguré en juin 2017. Avec le lancement du second satellite de télécommunications Azerspace 2, également assuré par Arianespace, Azercosmos augmente ses capacités de diffusion dans les zones déjà couvertes par Azerspace 1 et élargit ses possibilités de diffusion à l’Afrique Subsaharienne ainsi qu’à l’Asie du SudEst. Grâce à ces capacités accrues, Azercosmos entend s’affirmer à moyen terme comme un opérateur satellite de premier plan sur les marchés émergents.

Le pays, qui fournit déjà via le satellite SPOT 7 des services d’imagerie satellite à plusieurs clients institutionnels nationaux mais également à des Etats étrangers (Moldavie, Iran…), souhaite par ailleurs développer son offre dans ce domaine. L’acquisition d’un second satellite d’observation de la terre, potentiellement à haute résolution, est ainsi régulièrement évoquée par les autorités azerbaïdjanaises.

Loading...
L'info de A à Z Voir Plus