Lagazette

"Le but de l'argumentation ne doit pas être la victoire, mais le progrès"

Joseph Joubert (1754-1824)

DES MESSAGES DE NIKOL PACHINYAN À L'ONU ET SES TENTATIVES D'ÉCHAPPER AU PROCESSUS DE DÉLIMITATIONS DES FRONTIÈRES ENTRE AZERBAÏDJAN ET ARMÉNIE

26 Septembre 2022 22:14 (UTC+01:00)
DES MESSAGES DE NIKOL PACHINYAN À L'ONU ET SES TENTATIVES D'ÉCHAPPER AU PROCESSUS DE DÉLIMITATIONS DES FRONTIÈRES ENTRE AZERBAÏDJAN ET ARMÉNIE
DES MESSAGES DE NIKOL PACHINYAN À L'ONU ET SES TENTATIVES D'ÉCHAPPER AU PROCESSUS DE DÉLIMITATIONS DES FRONTIÈRES ENTRE AZERBAÏDJAN ET ARMÉNIE

Paris / La Gazette

Le Premier ministre arménien Nikol Pashinyan, lors de son discours fait à la 77e session de l'Assemblée générale des Nations Unies à New York, a abordé les cartes sur la délimitation des frontières Azerbaïdjan-Arménie ainsi que les récentes tensions à la frontière et le manque de soutien militaire de l'Arménie de la part de ses alliés.

Une grande partie du discours de 20 minutes de M. Pashinyan s'est concentrée sur la déclaration du Président de l'Azerbaïdjan Ilham Aliyev sur les cartes de délimitation lors de sa visite à Latchin.

Le Président Ilham Aliyev, en marge de son dernier déplacement à Latchin ce 21 septembre, avait déclaré que « après la fin de la deuxième guerre du Karabakh, l'Azerbaïdjan est venu aux frontières. Si l'Arménie essaie d'accuser l'Azerbaïdjan d'envahir son territoire, cela n'a aucun fondement ».

Le chef de l'Etat azerbaïdjanais avait également rappelé que « tout d'abord, si la frontière était là où ils le disent, alors l'Arménie aurait posé la frontière, créé des lignes frontalières et des communications, et mené des travaux d'ingénierie. L'Arménie pensait que tout le Karabakh et le Zangazur resteraient avec elle. C'est pourquoi ils n'ont pas fait de travaux sur la frontière azerbaïdjano-arménienne. C'est-à-dire que sans délimiter la frontière, personne ne pourra dire d'où elle part. Une fois encore, je tiens à dire que l'Azerbaïdjan est prêt à discuter et qu'il prend en charge les commissions de délimitation azerbaïdjano-arméniennes. Je tiens à dire une fois de plus que l'Azerbaïdjan a rassemblé les cartes de la période précédente, y compris celles des XIXe et XXe siècles, et ces cartes montrent ouvertement qui se trouve sur quel territoire. Donc, sans délimitation, personne ne peut accuser l'Azerbaïdjan ».

D'après les propos tenus par le Premier ministre arménien depuis le podium de l'ONU, il est clair que le discours du Président Ilham Aliyev l'a sérieusement inquiété, l'effrayant littéralement. Le discours de M. Pashinyan a clairement montré qu'il ne sait pas exactement où commencent et où finissent les frontières du pays qu'il représente. Si M. Pashinyan n'avait pas d'inquiétudes et de craintes concernant le passé historique de l'Arménie, et ses « frontières » au XIXe siècle, il n'aurait pas adressé sa question au Président Ilham Aliyev.

« Je pose une question officielle et publique au Président de l'Azerbaïdjan : pouvez-vous me montrer la carte de l'Arménie, que vous reconnaissez ou êtes prêt à reconnaître comme la République d'Arménie ? Pourquoi est-ce que je pose cette question ? Parce qu'il peut s'avérer que, du point de vue des officiels azerbaïdjanais, seule la moitié de l'Arménie, et encore moins, est la République d'Arménie », s'est interrogé M. Pashinyan.

Ainsi, le Premier ministre arménien a reconnu que les territoires sur lesquels l'Arménie existe actuellement, y compris la capitale Erevan, étaient autrefois les terres de l'Azerbaïdjan. M. Pashinyan sait que l'Azerbaïdjan peut le prouver par des cartes et des documents historiques. C'est pourquoi il souhaite que la délimitation soit effectuée sur des cartes datant de la période de l'indépendance, ce qu'il a dit lors de son discours à l'ONU.

« Si l'Azerbaïdjan reconnaissait l'intégrité territoriale de l'Arménie non pas théoriquement mais réellement, je veux dire l'intégrité du territoire arménien internationalement reconnu de 29 800 kilomètres carrés, cela signifierait que l'Arménie pourrait signer un traité de paix », a ainsi promis M. Pashinyan.

Comme l'avait dit le Président Ilham Aliyev dans son discours après avoir hissé le drapeau azerbaïdjanais à Latchin, l'Azerbaïdjan a préparé des cartes du XXe siècle ainsi que des cartes du XIXe siècle et les travaux de délimitation sur la base de ces cartes sont en cours.

Le discours de M. Pashinyan sur les cartes de délimitation, empreint de crainte, renforce l'hypothèse selon laquelle l'Arménie n'est pas intéressée par le processus de délimitation et cherchera à le retarder. De quoi l'Arménie a-t-elle besoin pour retarder ce processus ? D'un prétexte pour de nouveaux actes de guerre, bien sûr.

Le discours de M. Pashinyan à l'ONU montre clairement que l'Arménie est intéressée par de nouvelles opérations militaires. Son accusation d'une « attaque de l'Azerbaïdjan sur le territoire arménien » et sa déclaration sur la « menace d'une nouvelle attaque » laissent présager que l'Arménie travaille à la mise en œuvre de nouvelles opérations militaires. Rappelons que lors du Forum économique oriental de Vladivostok, parlant des processus géopolitiques dans le monde, M. Pashinyan avait déclaré que des tensions pourraient apparaître dans le Caucase du Sud, alors que la partie arménienne violait intensivement le cessez-le-feu à la frontière.

Quelques jours après son retour de Vladivostok, l'armée arménienne a tenté une opération militaire à grande échelle à la frontière avec l'Azerbaïdjan et a été contrainte de battre en retraite en raison de la réponse sévère qu'elle a reçue. M. Pashinyan semble vouloir répéter les événements de la première quinzaine de septembre. Il envoie un message de tension militaire à partir de New York et de Vladivostok, et au milieu du fait que la partie arménienne viole le cessez-le-feu presque tous les jours.

Les informations sur une « nouvelle guerre » diffusées par les médias arméniens, les négociations de l'Arménie sur l'achat urgent d'armes auprès des pays occidentaux, ainsi que l'implication de citoyens ordinaires dans les exercices militaires et leur formation aux techniques de combat, montrent que l'Arménie se prépare à la vengeance. Au milieu des préparatifs militaires de l'Arménie, le discours de M. Pashinyan à l'ONU soulève la possibilité d'une nouvelle opération militaire. Il semble que l'Arménie viole délibérément le cessez-le-feu pendant que M. Pashinyan est à New York afin d'encourager l'Azerbaïdjan à riposter et d'attirer l'attention des protecteurs occidentaux de l'Arménie sur la région en faisant passer l'Azerbaïdjan pour un « agresseur ».

Les messages de Pashinyan à l'ONU et ses tentatives d'échapper aux sanctions des officiels russes

Lors de son intervention à l'Assemblée générale des Nations unies, M. Pashinyan s'est également plaint de l'indifférence des alliés à l'égard de la question de la sécurité de l'Arménie, affirmant que la société arménienne a développé une méfiance à l'égard du bloc militaire de l'Organisation du Traité de sécurité collective (OTSC), dont le pays est membre.

« Cette situation a soulevé de nombreuses questions au sein de la société arménienne », a-t-il déclaré.

Bien que l'Arménie, après les derniers affrontements militaires à la frontière, ait demandé l'aide de l'OTSC, l'organisation s'est contentée d'envoyer une mission à la frontière. Le mécontentement de l'OTSC face à la demande d'assistance militaire a provoqué des protestations en Arménie. Les manifestants exigent que les responsables arméniens se retirent de l'OTSC. Les processus dans la région et le comportement politique d'Erevan montrent clairement que Moscou est le destinataire des remarques de M. Pashinyan sur les alliés de l'OTSC depuis le podium de l'ONU.

L'allié militaire de l'Arménie n'ayant pas répondu à ses attentes, le ressentiment de la société arménienne à l'égard de la Russie s'est accru. M. Pashinyan tente d'en tirer parti en envoyant un message à la Russie : « Le peuple arménien exige le retrait du bloc militaire, qui n'a pas rempli ses obligations envers le pays. » Le Premier ministre arménien met en avant la position de la société plutôt que la sienne sur cette question, en essayant de montrer que les appels à quitter le bloc militaire sont un ordre social. M. Pashinyan veut se protéger de la colère des officiels russes en rejetant la responsabilité sur la société arménienne.

Le Premier ministre arménien a également reconnu par ses déclarations à l'ONU sur les alliés que ni son entourage ni la société arménienne ne croient aux institutions militaires et politiques russes et que l'Arménie s'est déjà tournée vers l'Occident. Mais sur quelles ressources militaires, économiques et politiques les dirigeants politiques arméniens s'appuient-ils pour aller à l'encontre de leur maître ?

Le discours enflammé de M. Pashinyan à l'ONU semble avoir été motivé par les promesses d'aide militaire, politique et économique de la présidente de la Chambre des représentants des États-Unis, Nancy Pelosi, et par quelques déclarations standard de l'Europe pendant les tensions frontalières. Cependant, la réalité est tout autre. L'Arménie est un État dépendant de la Russie sur les plans politique, militaire et économique, et son évolution vers des relations hostiles avec la Russie n'est rien d'autre qu'une tentative de suicide. L'Arménie est isolée dans la région, ne renonce pas à ses revendications territoriales à l'encontre de l'Azerbaïdjan et se dérobe à la délimitation des frontières et à la construction du corridor de Zangazur, ce qui, d'une manière générale, n'est pas de bon augure pour l'État arménien et son peuple.

Loading...
L'info de A à Z Voir Plus