Lagazette

"Le but de l'argumentation ne doit pas être la victoire, mais le progrès"

Joseph Joubert (1754-1824)

Recherche

DÉBAT POUR LA PRÉSIDENCE LR : A FORCE D'ALLER À DROITE, ON A TOURNÉ EN ROND

22 Novembre 2022 11:45 (UTC+01:00)
DÉBAT POUR LA PRÉSIDENCE LR : A FORCE D'ALLER À DROITE, ON A TOURNÉ EN ROND
DÉBAT POUR LA PRÉSIDENCE LR : A FORCE D'ALLER À DROITE, ON A TOURNÉ EN ROND

Paris / La Gazette

Ce lundi 21 novembre, Eric Ciotti, Aurélien Pradié et Bruno Retailleau ont eu une heure trente, sur LCI, pour convaincre les électeurs LR que chacun était le mieux placé pour relever leur parti, tombé à 4,8% des voix à la dernière présidentielle.

Ce lundi 21 novembre, Eric Ciotti, Aurélien Pradié et Bruno Retailleau ont eu une heure trente, sur LCI, pour convaincre les électeurs LR que chacun était le mieux placé pour relever leur parti, tombé à 4,8% des voix à la dernière présidentielle.

L'émission a débuté par une minute d'introduction où chacun a expliqué les raisons de sa candidature.
Beaucoup à droite voyaient dans cette soirée un coup d'accélérateur avant le premier tour de l'élection prévu le week-end du 3 décembre, et qui se déroulera par vote électronique pour les quelque 91.000 adhérents.
Il est vrai que les candidats n'ont pas jusque là déclenché un enthousiame délirant de la part des militants.
"Ils disent Ciotti est trop RN, Retailleau une grenouille de bénitier, et Pradié personne ne le connaît", grince ce cadre qui soupire: "il n'y a d'emballement pour aucun".

Dans cette course Eric Ciotti, 57 ans, passe pour le favori avec une ligne très ferme sur le régalien, notamment l'immigration qui est devenue omniprésente dans l'actualité.

"Sa force est sa notoriété, la clarté de ses convictions, il ne s'est jamais excusé d'être de droite et n'a jamais cédé au politiquement correct", assure Geoffrey Didier, responsable de son projet, selon qui "il n'est pas le favori par hasard. Il a gagné ses galons pendant la primaire".

Ils ont donc débattu, chacun essayant de déborder l'autre sur sa droite, en nous délivrent un florilège de lieux communs, .

A l'international, tout le monde est d'accord : « La France doit faire plus pour la paix », mais ne doit pratiquer « ni suivisme des États-Unis ni suivisme du bloc de l’Est » juge Éric Ciotti, approuvé par Aurélien Pradié qui rappelle qu'être ans le commandement intégré de l’Otan. « ne signifie pas s’aligner avec les Américains »,tandis que Bruno Retailleau appelle à soutenir militairement les Ukrainiens, « tout en préservant le dialogue ».

Match nul également sur l'immigration. Aucun d'eux n'auraient bien entendu accueilli l'Ocean Viking bourré d'immigrants. Eric Ciotti rend d'ailleurs hommage à la « courageuse » Giorgia Meloni, et fustige le « lâche et impuissant » Macron. Il ajoute « qu’il faut faire cesser au plus vite » l'immigration qu'il considère comme une menace à l’intégrité française. Ses camarades approuvent.

2 points partout. Mais le petit nouveau Aurélien Pradié pense avoir trouvé un moyen de se détaché. Contrairement à ses acolytes, il ne votera pas la loi sur les retraites et propose même une motion de censure. Il espère même réussir un ace avec une proposition choc : imposer l'uniforme à tous les écoliers, lycéens et étudiants. Ciotti renvoie la balle en approuvant l'idée, mais seulement jusqu'au lycée.

On fait ensuite jeu égal sur l'écologie. Toute le monde est bien d'accord : le problème, ce sont les éoliennes qui «massacrent nos paysages».

Dernier assaut : sus à l'entraîneur ! Bruno Retailleau taille Sarkozy : « Il faut assumer une rupture avec notre passé. Si, à peu près 10 millions d’électeurs nous ont quittés, c’est parce qu’on n’a pas toujours été au rendez-vous du courage de nos ambitions ». Eric Ciotti se renfrogne « Le dernier qui nous a fait gagner, c’est quand même Nicolas Sarkozy", tout en reconnaissant qu'il faudra savoir tourner la page Sarkozy, ce dont Aurélien Pradié estime être le seul capable « car je n’ai jamais été un lieutenant ni un adversaire de Nicolas Sarkozy ».

Allez, aux militants de se dépatouiller avec tout ça, et aux électeurs d'aller, à nouveau, cueillir des pâquerettes au lieu d'aller voter.

Loading...