Lagazette

"Le but de l'argumentation ne doit pas être la victoire, mais le progrès"

Joseph Joubert (1754-1824)

Recherche

ZEMMOUR PART EN CROISADE CONTRE LE « GRAND ENDOCTRINEMENT »

13 Septembre 2022 10:49 (UTC+01:00)

A sa rentrée politique, Zemmour met en garde contre "le grand endoctrinement"

Dans un champ de Gréoux-les-Bains, dans les Alpes-de-Haute-Provence, l'ex-polémiste a compté "7.000 personnes, deux fois plus que prévu", venues assister à un discours de rentrée politique, dans une ferveur parfois abasourdie par la chaleur.

Le candidat malheureux a eu beau jurer n'être "pas là pour parler de la campagne passée", c'est malgré tout à un exercice de bilan et perspectives auquel il s'est livré, certain d'avoir "eu raison face à l'Histoire".

Sans auto-critique mais en rappelant les glorieuses heures de ses meetings bondés ou de ses débats télévisés, le patron de Reconquête! a reconnu un "été réparateur et salvateur" après sa double défaite à la présidentielle et aux législatives.

Face aux réserves de ceux qui lui reprochaient son obsession des sujets identitaires, l'ancien journaliste a tenté d'occuper le terrain écologique en déclinant un plaidoyer pro-nucléaire, ou de parler économie en prônant un Etat moins redistributeur.

Mais c'est sur ses fondamentaux que le quatrième homme de la présidentielle a surtout insisté, en ajoutant aux théories du "grand remplacement" et du "grand déclassement" celle du "grand endoctrinement".

En considérant que "l'école (en) est au cœur", il vise "les idéologies" en général et la députée EELV Sandrine Rousseau ou le ministre de l'Education nationale Pap Ndiaye en particulier. Huées nourries dans les travées.

Sur le thème de "Protégeons nos enfants", Eric Zemmour a fait un long développement sur l'école, en demandant à ses troupes de "ne plus rien laisser passer", "dénoncer", "protester", à travers un "réseau national de parents vigilants" présent "dans chaque établissement".

"Je veux que chaque parent puisse nous signaler les aberrations dont sont victimes ses enfants à l’école", a-t-il développé, en fustigeant "les enseignants (qui apprennent) à vos enfants que la France est coupable de crime contre l'humanité" ou "des intervenants extérieurs (apprenant) à votre fille de six ans que si elle le souhaite, elle peut devenir un garçon".

Et, par analogie avec le terme "féminicide" apparu dans le débat public, il propose d'appeler "francocide" le "tabassage, viol, meurtre, d'un Français par un immigré".

Loading...
L'info de A à Z Voir Plus